PEDT

Ce tag est associé à 1 articles

Vote des horaires d’école 2014-2015 au conseil d’école extraordinaire du 27 septembre

Refondation de l’école, réforme des rythmes scolaires, et aussi aménagement des temps de l’enfant sont au programme pour l’année prochaine à Saint-Pierre du Vauvray.
Ce conseil d’école extraordinaire a rassemblé les enseignants et les parents d’élèves des deux écoles, ainsi que la mairie. Les 6 enseignants étaient présents (1 par classe), les 6 parents élus titulaires (1 par classe), et le DDEN (M. Betton) et la municipalité était présents et ont participé au vote.
Le but était de débattre, décider et voter des horaires d’enseignement l’an prochain. Les horaires d’enseignement uniquement. Mais ceux-ci seront déterminants pour établir la journée et la semaine de l’enfant, comprenant tous les temps : temps d’enseignement, temps périscolaire, et temps pédagogique.
les temps de l'enfant correspondent-ils à ses besoins ?

Une heure et demi pour débattre de la nécessité d’adapter les horaires de l’école aux besoins de l’enfants, et non d’adapter les horaires des enfants aux besoins des adultes ou aux seules questions des finances…
A la rentrée de septembre 2014, la loi de refondation de l’école s’appliquera dans toutes les écoles de France.
Cela aura de grandes conséquences sur les rythmes de l’enfant, les rythmes de l’école et les rythmes des personnels qui y travaillent, incluant les employés de la commune, les enseignants, ET aussi, et ça c’est très nouveau, les animateurs et organisateurs de ce nouveau temps proposé par cette loi : le temps éducatif.
Les associations participeront à ce temps éducatif, et à l’inverse, elles verront chambouler leurs plannings, que ce soit le mercredi et le samedi, mais aussi les soirs de semaine. Elles seront surtout impactées dans le cas où le mercredi serait choisi.
Ca affectera le temps familial, du fait du rétablissement de la cinquième demi-journée, et en réduisant la fatigue des enfants. Le temps en famille, à la maison, le temps libre, le temps de sommeil influe sur les temps d’école, et inversement, un bon équilibre des temps jouera sur les activités en famille, l’humeur, l’état de fatigue.
2 questionnaires, 2 scénarios :
  1. La mairie a tout d’abord adressé un questionnaire dans les boîtes aux lettres des parents (sauf nous, qui ne l’avons pas reçu, mais nous avons eu une copie par des parents d’élèves).
    14 questionnaires auraient été retournés en mairie.
    Sur les 13 questions posées, cinq questions abordaient les rythmes scolaires :
    • L’école le mercredi matin ou le samedi matin ? Une question “sèche”, posée sans explications et sans préciser qu’il n’y aurait pas de cantine le mercredi matin. Cela a encore été dit et redit lors de la réunion.
    • L’heure de début de classe, 8h30, doit-elle être avancée ou reculée ?
    • L’heure de fin des classes (temps d’enseignement) l’après-midi doit-elle être avancée à 15h30, avancée à 16h ou maintenue à 16h30 ? Il s’agissait de comprendre que c’était bien le temps d’enseignement du programme, dispensé par les enseignants, et non la fin de l’école qui finit, elle à 16h30 et inclue ce nouveau temps pédagogique.
      Si on garde une école qui commence à 8h30, et qu’on choisit de terminer le temps d’enseignement à 16h30, cela oblige d’avoir une pause méridienne qui dure entre 2,5h et 3h par jour. Ce qui, au regard de la situation actuelle et des équipements est excessif.
    • Les deux autres questions portent sur durée de la pause méridienne. Voulez-vous conserver une pause-déjeuner de 2h ? Etes-vous favorable à un allongement de la pause-déjeuner ?
    C’est un scénario qui préconisait d’augmenter la pause méridienne.
    Si l’on choisit de commencer les cours à 8h30 et de finir l’enseignement à 16h30, il y a obligatoirement 2h30 ou 3h par jour de pause entre le midi.
    Or cette pause méridenne, le maire l’avait qualifié par ailleurs “d’anarchie totale à des moments”. L’allonger encore plus a paru inapproprié aux enseignants comme aux parents.

  2. Face à ce scénario, les équipes pédagogiques ont proposé de leur côté 3 emplois du temps dans leur questionnaire (près de 80 retours de questionnaires).
    Par consensus à la suite d’une réunion entre directeurs d’écoles et municipalité, ceux-ci sont revenus sur le raccourcissement de la pause méridienne, en la laissant à 2 heures, comme c’est le cas aujourd’hui.
    C’est donc un scénario qui ne figurait pas dans les questionnaires, mais une proposition tenant compte du refus de la municipalité de baisser les heures du midi. En bleu les horaires d’enseignement qui ont été votés :
horaires
Ce sont les zones en bleu, l’enseignement qui a été voté. Les zones en jaunes sont les heures de périscolaire (garderie, cantine), en orange et en vert, les temps où les nouvelles activités vont pouvoir se déployer lorsque le PEDT sera mis en place.
Les heures d’ouverture et de fermeture d’école ne changent pas, en dehors de la demi-journée supplémentaire. Dans tous les cas, les enfants peuvent rester jusqu’à 16h30.
Les horaires présentés ci-dessus ont été votés par 12 voix pour et 3 abstentions (la municipalité et un enseignant se sont abstenus).
La journée d’école commencera à 8h30, pas de changement de ce côté là. Mais la classe finira à midi. Si le matin, les enfants sont encore fatigués, il y aura la possibilité d’aménager un “sas” pour prendre le temps de commencer la journée tranquillement, et non dans l’énervement. Puis de profiter autant que possible du matin pour pour les activités nécessitant concentration et attention.
A midi intervient la pause méridienne. C’est un creux de vigilance physiologique qui marque le milieu de la journée, à tout âge. Une pause méridienne d’au moins 1h30 est nécessaire et obligatoire. Il s’agit bien là d’un moment de pause, et non pas d’un moment qu’il faut remplir d’activités. Nous n’appelons pas la pause du midi “activités méridiennes”…
Avec 2 heures le midi, dont 1h30 de vraie pause méridienne, les enfants pourront avoir une activité, un autre sas avant de reprendre les cours pour du contenu moins coûteux en attention que le matin. Jusqu’à 15h où les enfants peuvent de nouveau faire de efforts cognitifs.
A partir de 16 heures, les enfants retrouvent une période de métabolisme élevé, propice aux activités physiques et sportives. C’est le moment qui est choisi pour la fin des cours (15h30 ou 16h), et le début du temps éducatif.
La mairie, qui s’est abstenue, pourra si elle le souhaite proposer son propre scénario à l’éducation nationale, et ce serait alors le DASEN (Directeur Académique des Services de l’éducation nationale) qui choisirait l’une ou l’autre de ces propositions.
Le maire et son adjointe ont affirmé et confirmé leur intention de s’engager dans la construction d’un PEDT, ce qui est une bonne chose.

Compte rendu de la réunion sur le PEDT, le Projet EDucatif Territorial, du 14 juin 2013. Refondation de l’école.

Une réunion riche et concrète sur le Projet Educatif Territorial (PEDT) : le projet avance.
Vendredi 14 juin, à l’initiative des enseignants, a eu lieu une réunion sur le montage du Projet Educatif Territorial (PEDT) : c’est-à-dire la mise en place concrète de la loi de refondation de l’école, la réforme Peillon, qui sera mise en place en 2014 dans toutes les écoles.
Madame Despeyroux avait invité le maire et les membres du Conseil Municipal, les enseignants des deux écoles, les représentants des parents d’élèves des deux écoles, et les membres des associations des communes environnantes. Tous, ou presque, ont répondu présent.
Merci à madame Despeyroux pour cette invitation, et pour avoir présidé à cette réunion où chacun a pu s’exprimer, s’il l’a souhaité.
Mesdames Sophie Hubert, Christine Despeyroux, ainsi que le futur directeur de l’école maternelle, M. Sébastien Dhuivonroux, étaient présent-e-s. Mesdames Camille Roult et Emilie Besnard représentaient l’école élémentaire.
Pour les associations, nous tenons à remercier mesdames Murielle Petit (Danse Harmonie), Liliane (Lire et faire lire), messieurs Eric Delannoy (Judo Vauvray Incarville) et Thierry Corroyer (IMA – musique).
Madame Linda Lamot était présente pour sa participation comme bénévole, depuis des années, aux projets de l’école maternelle.
Ont également répondu présents à l’invitation monsieur Jean-François Le Guennou, conseiller pédagogique adjoint de l’Inspecteur de l’Education Nationale, et monsieur Jean-Marc Leconte, qui est en charge de la réforme des rythmes scolaires à la CASE.
M. Loëb et madame Kaaouche ont représenté la municipalité.
Enfin, pour les parents élus et l’association de parents d’élèves, mesdames Tatiana Vitoux, Agnès Halbout, Laetitia Sanchez, ainsi que Jean-Luc Dorothée et moi-même étions présents.
Tous les acteurs de ce PEDT étaient donc réunis, pour envisager des solutions concrètes pour mettre en place ce PEDT :
  • L’Éducation Nationale (enseignants et Inspection – et USEP, association sportive des écoles publiques) ;
  • Les associations locales et bénévoles déjà en place ;
  • Les collectivités territoriales, avec la mairie et la CASE ;
  • Les parents d’élèves.
Nous avions pour objectif de répondre aux quatre premières questions nécessaire pour réaliser le pré-projet de PEDT, qui doit être finalisé avant la fin de l’année :
  • Le périmètre du PEDT (zone et communes concernées) ;
  • L’identification des besoins (nombre d’élèves, d’écoles et de classes concernées sur le périmètre choisi) ;
  • L’état de l’existant (les activités périscolaires et extrascolaires existantes, les atouts et les lacunes sur le territoire) ;
  • L’inventaire des ressources : Les activités qui auront lieu de 15h30 à 16h30 devront avoir une visée éducative : sport, culture et art, citoyenneté, science et environnement, lecture et littérature, théâtre, journal et blog d’école, informatique, langues, cuisine (avec mise à disposition de la cantine scolaire pour le temps éducatif ?)…
C’est à ce titre, parce qu’ils travaillent déjà avec les enfants sur ces thématiques, que les responsables des associations et les bénévoles ont été invitées.
Nous leur avons demandé s’ils avaient l’envie et les moyens de participer à cette réforme des rythmes scolaires…
Oui, toutes les associations – et bénévole – représentées ici avaient l’envie et la possibilité de participer au projet. C’est la première bonne nouvelle.
La compétence : Alain Loëb, maire de Saint-Pierre, a d’abord expliqué que la compétence allait revenir à la CASE qui envisageait de se munir de la compétence enfance-jeunesse.
Pour monsieur Leconte, la CASE sera là pour soutenir les projets territoriaux, mais ce seront bien initiatives comme les nôtres qui seront la base de cette réforme des rythmes éducatifs.
La CASE a chargé monsieur Leconte d’une mission de diagnostic, d’accompagner les réflexions, les concertations et la transversalité afin de contribuer à l’élaboration d’un projet éducatif de territoire partagé et vivant, qui s’appuie sur des propositions issues de concertations avec tous les acteurs de l’éducation.
La CASE nous accompagnera, mais ne pourra pas le faire à notre place.
Notre démarche est donc la bonne démarche.
  1. Le périmètre : Il a fait consensus. Jean-Marc Leconte pour la CASE et M. Jacques Beaudoin, que Jean-François Le Guennou représentait pour l’Education Nationale, ont déjà travaillé ensemble pour définir un périmètre cohérent pour notre territoire.
    Pour la CASE comme pour l’Education Nationale, le périmètre est constitué des communes de Saint-Pierre du Vauvray, Saint-Etienne du Vauvray, Andé, qui ont toutes trois des écoles, et des communes d’Herqueville et de Connelles, qui n’ont, elles, pas d’école.
    Pour l’instant, les enfants de Connelles sont sur un regroupement avec Muids. Il est cohérent pour la CASE de songer à faire un regroupement avec une école de l’agglomération. Cela dépendra du souhait des parents des enfants de Connelles.
    Pour nous, parents, le périmètre est complètement cohérent :
    • Les associations présentes sur notre territoire partagent déjà leurs activités avec les 3 communes sur lesquelles nous avons des écoles ;
    • Nous partageons aussi les transports scolaires ;
    • Nous avons des richesses complémentaires. Alors qu’Andé dispose d’un parc, d’un théâtre et aussi le moulin – un centre d’accueil des compagnies artistiques ; à Saint-Pierre nous avons un terrain de sport – football, basket, 2 courts de tennis ; et chaque commune dispose d’une salle des fêtes. Sans compter les activités autour d’une Seine en partage et des coteaux…
    C’est donc le périmètre qui est désigné par Saint-Pierre pour les collectivités, les enseignants et l’Education Nationale, les parents et les associations.
  2. Identifier les besoins : Près de 350 enfants sont concernés par le PEDT sur le périmètre défini. 150 à Andé, 130 à Saint-Pierre, 65 à 70 à Saint-Etienne.
    Le taux d’encadrement légal est de 1 adulte pour 10 enfants de moins de 6 ans, et de 1 adulte pour 14 enfants au-delà de 6 ans.
    Cependant, un arrêté interministériel en attente de parution assouplirait ce taux d’encadrement, dans le seul cas où la collectivité a construit un PEDT.
    Le taux d’encadrement passerait alors à 1 adulte pour 14 enfants de moins de 6 ans, et de 1 adulte pour 18 enfants de plus de 6 ans.
    A Saint-Pierre du Vauvray, il faudrait en ce cas 9 adultes pour encadrer les enfants : 4 en maternelle, 5 en élémentaire.
    Ce temps éducatif doit être proposé à tous les enfants, mais n’est pas obligatoire. Nous ignorons le nombre d’enfants qui participeront effectivement à ce temps éducatif.
    Les familles seront donc consultées, au travers d’un questionnaire qui leur sera remis en début d’année scolaire, pour savoir si les parents souhaitent que leurs enfants participent ou non à ce temps éducatif.
  3. Faire l’état de l’existant :
    Périscolaire et extrascolaire :
    • Sur Saint-Pierre même, nous disposons d’une garderie matin et soir, d’un service de restauration scolaire, et d’une étude après la récréation.
    • Avec l’aide notamment d’une bénévole, Marie-Thérèse, qui fait un boulot formidable tous les jours côté élémentaire.
    • Côté maternelle cette fois, c’est Linda qui assure un travail bénévole avec l’équipe pédagogique, autour de l’apprentissage de l’informatique, (interventions sur d’autres domaines dans las années antérieures)…
    • A Saint-Pierre, il n’y a pas d’activités extrascolaires.

Compte-rendu de la réunion des deux écoles du 17 mai : rythmes scolaires, cantine et pause méridienne, transports et changements d’horaires…

Le vendredi 17 mai, nous nous sommes rendus à une réunion de travail avec deux points à l’ordre du jour :

  • Préparer la réforme Peillon pour la rentrée 2014, la loi dit de refondation de l’école ;
  • Aménager le temps scolaire pour l’année 2013-2014.
La réunion, qui a rassemblé les 2 écoles, a commencé à 18h00. Elle durera 3 heures, et finira à 21h00.
Tous les enseignants étaient présents (Mmes Besnard, Despeyroux, Hubert, Pascal, Roult et Mr Carré).
Pour les parents, Mmes Halbout, Morel, Poncelet, Vitoux, et Mrs Binard et Houdu étaient présents.
La mairie était représentée pas le maire, Mr Loëb, sa première adjointe, Mme Kaaouche, et M. La Roche.
Au cours de cette réunion, nous étudierons des solutions pour le temps de la cantine et la pause méridienne, les horaires pour l’année scolaire 2013-2014, les transports scolaires, et enfin la réforme Peillon, dite refondation de l’école.
La municipalité a quitté la réunion vers 19h30, soit à la moitié de la réunion, et n’a donc pas participé aux choix et aux votes des parents et enseignants.
En conséquence, le maire ne valide aucune des résolutions votées à l’unanimité par les parents et les enseignants.
Tout ce que nous avons obtenu, c’est que l’eau soit disponible pour les enfants jusqu’à la fin du repas.

Une réunion sur le PEDT (Projet EDucatif Territorial) aura lieu le vendredi 14 juin à 18h00, dans les locaux de l’école maternelle sous l’égide de l’équipe pédagogique, avec des responsables d’associations, des bénévoles, la collaboration des parents d’élèves et des élus.

I – La pause méridienne (le midi) et la cantine :

Dès le début du conseil d’école, le directeur de l’école élémentaire, M. Carré, a expliqué les difficultés des élèves lors de la pause méridienne.
La municipalité a semblé découvrir ces difficultés sur le temps du midi, la perte de calme, le chahut et les incivilités, partagées entre élèves et personnels.
Les personnels sont débordés : Il faut au moins une personne de plus le midi.

II- Le transport scolaire :

Nous avons évoqué le temps de transport du midi : les enfants qui l’empruntent suivent un tour complet en quittant l’école alors qu’ils pourraient aller directement à leur arrêt leur permettant ainsi d’avoir le temps de manger correctement. Au retour, le car reprend le chemin prévu d’origine.
2 ou 3 enfants – les mêmes – prennent le car le midi pour rentrer chez eux. Depuis le début de l’année.
Or le car fait le circuit complet, réquisitionnant un car venant de Louviers, un chauffeur et une personne des services municipaux qui n’est pas présente dans la cour, alors qu’on en aurait bien besoin. Nous avons évoqué la possibilité de mettre un flexibus pour effectuer ce transport en moins de temps.

III – Les changements d’horaires :

La municipalité, maire et adjoints, n’a pas participé aux débats sur les changements d’horaires 2013, ni sur le projet éducatif (loi de refondation de l’école).
Nous nous sommes concertés pour aborder un changement d’horaires dans les écoles pour l’année scolaire prochaine, 2013-2014.
C’était une volonté de se rapprocher des horaires de 2014, lorsque nous serons obligés d’appliquer la réforme Peillon….
Le maire a rejeté les nouveaux horaires votés à l’unanimité par toutes les personnes présentes.

IV – Rappel de quelques unes de nos demandes pour 2013 :

A la mairie :
  • agir auprès de la CASE pour modifier les horaires de car du matin, du midi, et du soir ;
  • prendre en compte la 1/2 journée supplémentaire une semaine sur trois et prévoir le transport scolaire ;
  • réduire la pause du midi, et décaler la 1/2 heure après 16h00 ;
  • ajouter du personnel le midi pour un retour au calme ;
  • mise à disposition de l’eau jusqu’à la fin du repas
  • Enfin, nous demandons au maire un comportement responsable et respectueux vis-à-vis des enseignants. Le maire a exigé de madame Sophie Hubert qu’elle cesse de sourire !
A l’Éducation Nationale :
  • Nous avons demandé de reconduire l’expérience d’une EVS (emploi de vie scolaire) qui a profité au temps scolaire. Les quelques heures qui ont été prises sur le temps de cette EVS ont permis de créer un atelier de travaux manuels/ arts plastiques le midi. Laurence avait créé cette activité au « château » lors des 3 années qu’elle a passé à l’école primaire. Les enfants les plus calmes et les plus jeunes aussi, avaient adoré cette activité qui faisait le plein tous les midis.
    Cela permettait aussi aux employées de la commune d’avoir moins d’enfants à surveiller dans la cour. Et donc un moment de récréation plus calme.
Pour l’instant, à part un verre d’eau, tout ce qui a été proposé et voté à été refusé par le maire. Rien ne change pour 2013.
Cliquez icipour lire le document que les parents qui étaient présents à la réunion préparatoire ont remis à tous les participants au début de la réunion.

V – Le contexte et décisions prises lors de la précédente réunion sur le rythmes scolaires :

C’est la seconde réunion qui réunissait les 2 écoles, enseignants parents et municipalité (qui avait préféré partir), pour préparer cette réforme Peillon.
La loi de refondation de l’école se base sur un constat d’échec pour l’école : des résultats en baisse, et des enfants qui décrochent dès le cycle primaire.
La semaine de 4 jours mise en place par Xavier Darcos qui était était sensée alléger la semaine d’école a complètement raté son objectif : la semaine de 4 jours a éreinté les élèves.

Réforme Peillon, préparer le PEDT :

Lors du précédent conseil d’école sur la réforme Peillon, nous avons décidé du report de la réforme à 2014. Ceci pour nous donner le temps de nous y préparer.
La refondation de l’école se base en partie sur la mise en place d’un Projet Educatif Territorial (PEDT). Ce PEDT est une ouverture de l’école sur les acteurs du territoire pour établir un projet éducatif, c’est à dire l’ouverture à des activités sportives, culturelles ou artistiques, avec des acteurs qui ne seront plus seulement le personnel enseignant et le personnel municipal. Désormais, les acteurs du territoire, notamment le tissu associatif local, deviendra un des acteurs au sein de l’école.
Nous avons la chance, sur les 3 communes d’Andé et du Vauvray d’avoir des associations avec des animateurs socio-culturels et sportifs de niveau professionnel à très fort.
Lors du précédent conseil d’école sur la réforme, nous avons décidé et voté que :
  1. la 5ème demi-journée d’école aura lieu le samedi, et non le mercredi. Nous avons mis la priorité sur le rythme de l’enfant, en privilégiant une pause hebdomadaire où les enfants pourront exercer des activités associatives. Et un samedi matin plus calme, qui évite de perdre le rythme scolaire, qui sera une occasion pour tous les parents d’aller à la rencontre des enseignants, de travailler en groupe, enfants-parents-enseignants,etc.
  2. La mairie avait pris l’engagement de contacter les associations pour énumérer les possibilités de collaboration pour le projet éducatif. Ça n’a pas été fait.
  3. Enfin la pause méridienne devait redevenir un moment de pause.
Il nous faut absolument commencer à informer et se concerter au plus vite.
Ce PEDT doit être déposé avant la fin de l’année 2013. Il reste bien peu de temps pour entamer le chantier qui nécessite l’écoute et la concertation de tous : parents, enseignants, élus municipaux, personnels municipaux si la municipalité le souhaite, et acteurs associatifs.
Et bien entendu les enfants, qui sont au coeur du débat, au travers d’une consultation qui pourrait se dérouler dans les classes.
Nous avons décidé lors de ce conseil d’école de constituer un groupe de travail qui réunirait tous les acteurs cités plus haut, s’ils sont volontaires pour cela.

A l’invitation des enseignants, une réunion sur le PEDT aura lieu le vendredi 14 juin à 18h00, dans les locaux de l’école maternelle.

A l’invitation des équipes pédagogiques, parents, élus et associations pourront se rencontrer pour s’informer, et aussi travailler sur des objectifs concrets.
Les associations ayant accepté de participer à cette réunion sont pour l’instant : l’IMA (musique), l’Atelier d’Arts Plastiques, Lire et faire lire, le club de football, le JVI (judo) et Danse Harmonie. Et l’association de parents d’élèves.
Nous les remercions d’avoir bien voulu répondre à cette invitation.
Dans la liste ci-dessous des diagnostics et actions à réaliser pour concrétiser ce projet éducatif, nous espérons avoir le temps de travailler sur le périmètre, l’identification des besoins et l’état des lieux, et bien entendu, avec les associations, faire l’inventaire des ressources dont nous disposons pour y arriver.
Nous avions 1 an et demi pour le réaliser. Il ne reste aujourd’hui que 5 mois environ (dont 2 mois de vacances, et aussi une fin d’année pleine de spectacles, kermesses, etc, une rentrée chargée) pour le remettre au DASEN (inspecteur d’académie). C’est peu.
Il serait irresponsable de ne rien faire. Aussi, nous, parents d’élèves, appelons à un sursaut pour que ces projets soient envisagés avec le plus grand sérieux. Il serait irresponsable de ne pas mettre ce chantier en route dès maintenant.
Merci à tous ceux qui acceptent de participer à ce projet.